Lolokai – Supervision, systèmes, réseaux, base de données…

7

Webmin : Administrer mon Linux en interface graphique :)

Loic FONTAINE 1 juillet 2011

Présentation

Il arrive parfois que certains administrateurs Linux ne soient pas fan de la ligne de commande (ça arrive de temps en temps). Pour cela, ils préfèrent passer par une interface web : webmin :). Le principal avantage de cette interface de configuration est le fait qu’elle est relativement intuitive.

Installation

Je pense que depuis le temps vous savez que je suis fan de CentOS ^^, l’installation se déroulera donc sur ce système avec le gestionnaire de paquet : yum.
Dans un premier temps, nous allons devoir configurer le repository webmin, créer le fichier /etc/yum.repos.d/webmin.repo et ajoutez-lui les informations suivantes :

[Webmin]
name=Webmin
baseurl=http://download.webmin.com/download/yum
enabled=1

Nous allons installer la clé public pour webmin :

[[email protected] ~]# wget http://www.webmin.com/jcameron-key.asc
[[email protected] ~]# rpm –import jcameron-key.asc

Puis, nous allons installer les 2 paquets suivants :

[[email protected] ~]# yum -y install perl-Net-SSLeay webmin

L’installation est terminée et le service a démarré.

Configuration des services

L’interface de configuration de webmin est ici : https://[adresse_ip]:10000. Logguez-vous avec vos identifiants administrateurs.

A gauche vous aurez le menu suivant :

Comme vous pouvez le voir, vous avez plusieurs catégories :

  • Webmin : qui permet de configurer webmin (sauvegarder vos confs, modifier la langue, les thèmes…)
  • System : permet de configurer votre système d’exploitation (authentification, démarrage,disque dur….)
  • Servers : vous permet d’installer différents serveurs sur votre système (dns,samba,ftp,http,proxy…)
  • Others : vous permet d’accéder en ligne de commande à votre machine…
  • Networking : vous permet de configurer le réseau au niveau de votre interface web
  • Hardware : vous permet de configurer votre matériel : RAID, partitionnement…
  • Cluster : vous permet de configurer un clustering de serveurs
  • Unused modules : vous permet d’installer/activer des nouveaux modules sous webmin pour configurer un service donné

Je vous laisse explorer les différents modules afin de vous permettre de vous faire une idée de la « puissance » de configuration de cet outil.

Conclusion

Nous avons vu dans ce billet comment nous pouvons installer et configurer webmin. Cet utilitaire peut se substituer à votre ligne de commande et vous permet de manière très intuitive de configurer votre serveur Linux un peu comme ci vous ne connaissiez rien en ligne de commande et en fichiers de configuration. Je pense que cet utilitaire conviendrai parfaitement à un débutant en Linux qui souhaiterait installer quelques services.

Et vous avez-vous déjà utilisé webmin ? Si oui, qu’en pensez-vous ? Si non, pourquoi ? Utilisez-vous un équivalent de ce paquet ?
Loic FONTAINE

Comments (7)

  1. Je l’utilise depuis pas mal de temps déjà, un très bons outils. Certes, ce n’est pas aussi rapide que la ligne de commande, mais dans certains cas, lorsque vous n’avez pas accès à un terminal pour vous connecter en SSH à votre serveur, Webmin peut vous sauvez le coup.

    Répondre
  2. J’ai testé cet outil il y a quelques années sous Mandrake. Je pense que c’est un outil dangereux et contre-productif, d’ailleurs il ne doit pas y a voir beaucoup de distributions qui le proposent dans leurs dépôts officiels. Webmin, comme toute application serveur, est sujet à des failles de sécurité et comme il donne un accès root, un attaquant aura immédiatement le contrôle complet de la machine. Il faut donc déjà savoir configurer sa machine pour restreindre les accès, changer le port par défaut, etc pour un minimum de sécurité. Il ne s’adresse donc pas aux débutants. D’autant plus qu’un débutant aura tendance à aller triturer tous les paramètres et modules disponibles multipliant ainsi les chances de compromettre, voire de « casser » son système.
    D’autre part les interfaces de configuration avec cases à cocher et listes de choix ne permettent pas de comprendre ce que l’on fait, alors que les interventions en ligne de commande ou directement dans les fichiers de configuration oblige à lire la documentation ou au minimum les commentaires de ces fichiers. On comprend ainsi les implications et les risques éventuels des choix de configuration. De ce point de vue des outils comme Webmin sont anti-didactiques.

    Répondre
  3. un enorme +42 a bruno, webmin est une passoire permettant a tout attaquant un peu  » demerde  » de se procurer facilement un acces a une machine.

    c’est pour debutant ? un debutant ne securisera pas webmin, n’installera pas fail2ban, et subira de grandioses attaques par bruteforce.

    cliquer pour mettre en place une option? grande idée, comme ca au lieu de mettre 5 minutes a lire de la doc et a modifier un fichier, on va mettre 5 minutes a fouiller une liste de boutons pour cliquer sur le bon.

    sans parler, effectivement, de l’aspect anti didactique. un des interets de linux, c’est de proposer une alternative completement configurable a windows ( dans le monde des serveurs tout du moins ).
    si c’est pour se retrouver bridé par une GUI ne mettant pas a disposition toutes les options, je ne vois l’interet… :/

    des qu’on voudra configurer un peu plus finement, on sera obligé de passer par la ligne de commande et l’edition des fichiers de confs…

    quand a l’argument signifiant qu’on a pas toujours acces a un terminal… bah…
    sous tout les *nix, y’a un terminal, sous windows y’a putty qui ne requiert aucune installation…
    reste la problematique des ports : le port ssh est parfois bloqué en entreprise. a ce moment la, y’a de fortes chances que le port 10000 le soit également.
    la solution la plus simple restant alors le tunnel ssh lancé sur le port dns, ce qui permettra a l’admin en herbe de se connecter en ssh… 😉

    webmin, c’est vachement bien, surtout quand on s’en sert pas en fait 😀

    Répondre
  4. Mouais bof, j’ai déjà utilisé webmin plusieurs fois et je trouve ça peu intuitif, pas très logique. Tout est beaucoup plus simple et rapide à faire en lignes de commandes.

    Répondre
  5. webmin n’est pas disponible chez fedora ou EPEL (le dépôt pour Redhat, CentOS) et ce n’est pas un hasard…
    Aucun mainteneur de paquets sérieux ne voudrait s’y risquer.
    Oui, c’est une passoire. Mais de plus, cet outil « trop générique », a une forte tendance à pourrir les fichiers de configuration fournis avec la distribution.
    D’autant que la distribution dispose de nombreux outils de configuration « spécialisés » (system-config-*), pouvant être appelé à distance, utile pour les débutants.
    Et clairement, administrer un serveur, ce n’est pas jouer avec un clicodrome. Lorsqu’on comprends le fonctionnement d’un service, ajouter ou modifier une option devient trivial, il faut juste avoir compris.

    Répondre
  6. Pour les personnes utilisant webmin je ne leur conseil qu’une chose, si elles ne peuvent s’en passer:

    Une fois la configuration terminée, arrêter le service immédiatement, ne surtout pas le laisser tourner.

    Répondre

Laisser un commentaire

Login to your account

Can't remember your Password ?

Register for this site!